La protection des animaux: Nous sommes tous concernés

Le jeudi 12 avril 2018, Nous sommes  allés visiter le refuge de la SPA pour sensibiliser le public sur la protection des animaux qui est le thème de notre projet pour cet été. Nous avons choisi ce sujet parce que nous somme sont confrontés régulièrement à la violence animale via les réseaux sociaux et internet.

Nous avons rencontré Beatrice Tauvel, une salariée de la SPA de Brignais qui nous a accueilli et fais visiter les locaux. Elle nous a expliqué que La SPA pouvait accueillir différent animaux  comme chiens, chats, des rongeurs mais aussi des poules, coqs, canards, chèvre, mouton, pigeon-paon, canari. Actuellement, la SPA accueille 180 chiens, 50 chats et 10 cobayes mais tous dépend des périodes. En revanche, certaines espèces comme les serpents, iguanes, perroquets, et tortues ne peuvent pas être gardé car ils n’ont pas les moyens matériels et financiers pour les garder.

Les animaux arrivent soit par les autorités, soit par des particuliers qui ont trouvé des animaux abandonnés ou ils sont déposés dans des casiers à l’entrée de la SPA. L’abandon, la maltraitance psychologique (ne pas donner à manger, espace réduit) et maltraitance physique sont les plus courant. Enfin Béatrice nous a confié que « la SPA dépend de la générosité des personnes et des différents dons ». En effet, la nourriture pour les animaux provient de dons et de l’argent récolté par la vente d’animaux pour permettre ainsi à chaque animal d’avoir une alimentation adaptée à ses besoins.

IMG_1851spa 1

Reportage sur le Street Art à Cordière

Les  jeunes de l’animation de proximité ont d’embelli le quartier avec du Street art par l’utilisation du graff à Ménival en face du Centre Social. Ce mardi matin, le 10 avril 2018 nous avons interviewé les ados qui étaient en train de faire du Street art avec un professionnel sur un conteneur. Nous avons demandé aux jeunes ce que c’était le Street art. Pour Nisirine 13 ans le Street art « c’est du tag, ça sert à embellir le quartier et la ville. C’est facile de faire du Street art mais ça fait mal à la main au bout d’un moment». Quant à Réda (11ans) le Street art c’est « utiliser une bombe de peinture pour réaliser un graff. Il faut prendre un marqueur et faire des dessins et puis on prend une bombe et on peint ».

En effet, les jeunes ont pu utiliser des bombes de peinture pour réaliser leur graff. Ils ont été aidés par un professionnel, Sphinx (30ans) qui s’inspire de ce qui l’entoure mais plus particulièrement de la nature. Il a des influences issues d’autres artistes notamment Rots, Aarosn Horkey, Reso. Il nous a rapporté que le Street art est un art ancien et qu’il aurait été créé à la préhistoire . Il le fait par plaisir ou par passion. Il peut se pratiquer dans des endroits  légaux où tout le monde peut faire ses œuvres, soit sur des murs blancs ou en effaçant les œuvres déjà existantes pour en faire des nouvelles. Lorsque les endroits de graff ne sont pas appropriés, la ville les enlève. Sinon il faut demander une autorisation pour les réaliser dans certains endroits, notamment lorsque ce sont des graffs réalisés avec des associations ou des centres.

Agis pour ton quartier Graff

IMG_3447Agis pour ton quartier Graff (2)

Sarabouda, Ethan, Alexandre, Thomas, Médina